l'investissement dans l'immobilier de commerce augmente
30 novembre 2017

Le commerce parisien en pleine mutation

Contrairement à ses voisines européennes Munich, Dublin, Stockholm, Prague ou encore Zurich, Paris ne compte pas qu’un seul axe commerçant centré regroupant l’offre « mass-market » et luxe mais plusieurs secteurs marchands bien distincts, aussi bien en termes de localisation que de fréquentation. En effet, on y distingue deux types de commerces urbains : l’un tourné vers l’international et l’autre animé par une fréquentation locale.

Plusieurs quartiers parisiens sont en pleine transformation. La rénovation du Forum des Halles et la réouverture prochaine du grand magasin haut de gamme La Samaritaine ont attiré de nombreux investissements commerciaux dans le quartier du Haut Marais. Le Marais, quant à lui, continue son évolution et reste très attractif ne se limitant plus au secteur de la mode. Les boutiques de proximité et les friperies disparaissent au profit de marques haut de gamme et internationales souhaitant profiter de ce quartier avant-gardiste et de son rayonnement touristique.

Les Champs-Elysées, avec son afflux de piétons le plus important d’Europe et la grande diversification de son offre (boutiques de luxe, magasins « mass-market », cinéma, concessionnaires automobiles, etc.), attirent toujours les investisseurs immobiliers malgré l’augmentation du prix du mètre carré. Plusieurs ouvertures sont prévues en 2018 et 2019 telles qu’Apple, Chanel, Dior et les Galeries Lafayette.

De manière générale, les flux touristiques ont un impact direct sur l’immobilier commercial et les investisseurs. L’année 2016, marquée par une baisse du tourisme mondial, notamment des voyageurs chinois, a également vu une baisse du nombre d’ouvertures de boutiques de luxe dans le monde. Les enseignes ont rationnalisé leur stratégie d’implantation immobilière et ont misé sur Paris comme destination européenne de choix, limitant ainsi les ouvertures dans les autres capitales européennes.

Paris le capitale européenne de la surface d'investissement immobilier
17 novembre 2017

Paris, première ville de la zone Europe en terme de surface immobilière d’investissement

Selon la nouvelle étude de la CBRE, le leader mondial dans le secteur des services et de l’investissement dans l’immobilier d’entreprise, la capitale française possède la plus importante taille de marché immobilier disponible à l’investissement en Europe. Avec plus de 295 milliards d’euros d’actifs disponibles, Paris figure à la première place du podium devant Londres et Madrid. Au niveau mondial, la « Ville Lumière » arrive 4ème derrière Tokyo, New York et Los Angeles.

D’après cette même étude, Paris possède le meilleur ratio entre la taille du marché et les flux d’investissements dans l’immobilier par rapport aux autres pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique.

Excellents résultats également en ce qui concerne le marché des bureaux franciliens. Après un deuxième trimestre en baisse par rapport à 2016, le marché s’est repris au troisième trimestre et enregistre près de 580 000 mètres carrés commercialisés qui ont principalement profité au Croissant Ouest avec 509 000 mètres carrés transactés en 3 mois. Le quartier de la Défense, véritable vitrine de ce dynamisme de l’immobilier d’entreprise, confirme son statut de premier quartier d’affaires d’Europe en comptabilisant 10% des investissements immobiliers en Île-de-France.

La ville de Paris est de plus en plus écologique
10 novembre 2017

Paris : 50 millions de mètres carrés à rénover d’ici 2050

La ville de Paris intensifie sa politique de transition énergétique à travers son nouveau Plan Climat, dont les 500 mesures ont été dévoilées ce mardi 7 novembre 2017.

Ce nouveau plan porte l’objectif de diviser par deux la consommation énergétique de la capitale, de s’approvisionner à 100% en énergies renouvelables et d’éco-rénover 1 million de logements et plus de 50 millions de m2 de bureaux, commerces, hôtels et équipements publics d’ici à 2050.

Ces bâtiments tertiaires représentaient en 2014 près de 10% des émissions de gaz à effet de serre du territoire parisien avec une facture énergétique de 1,3 milliard d’euros d’après l’Agence Parisienne du Climat. Le Plan Climat fixe comme objectif une réduction de 25% de ces émissions tout en conservant l’attractivité du territoire pour l’investissement immobilier.

L’agence de développement économique Paris&Co et l’Agence Parisienne du Climat ont pour objectif de faire converger attractivité économique et transition énergétique, pour faire de Paris la capitale de l’économie verte, notamment dans le secteur immobilier.

Le secteurs hôteliers est en plein essor
7 novembre 2017

Le secteur hôtelier français en progression

Bonne nouvelle pour le secteur hôtelier français, d’après l’étude du cabinet KPMG, après un recul en 2016, l’hôtellerie affiche une reprise de la fréquentation touristique domestique et étrangère, notamment en Ile-de-France. Un point d’autant plus positif que les investisseurs immobiliers sont toujours très intéressés par l’investissement hôtelier en France. On compte ainsi 41% d’investissements en plus par rapport à 2015. Une situation encourageante dans un marché en pleine mutation qui doit s’adapter aux nouvelles aspirations des touristes en général et des « Millenials » en particulier.

A l’horizon 2030, 5 grandes tendances apparaissent pour le secteur hôtelier. La première est directement liée aux contraintes budgétaires et à l’insécurité qui devraient conduire à un tourisme plus local ou à du « stay-cation ». Ce nouveau mode de consommation des vacances consiste à rester cher soi et ouvre de nouvelles opportunités pour le secteur touristique.

Mais c’est bien l’arrivée de nouvelles pratiques touristiques plus adaptées aux « Millenials » qui devrait complètement changer la donne. Offre culturelle, événements festifs, hébergements à bas prix du type auberge de jeunesse vont se développer et concerner peu à peu l’ensemble des générations.

Ce n’est pas un hasard si une autre grande orientation touristique concerne le tourisme intergénérationnel qui va osciller entre séjours adaptés aux seniors toujours plus « mobiles » et développement de vacances en résidence secondaire en compagnie de « toute la famille » pour limiter les dépenses. Conséquences, ces résidences placées en ville ou en périphérie, vont être un sujet d’intérêt pour les investisseurs immobiliers.

Une tendance qui, mise en parallèle avec le choix de destinations alternatives, va donner un nouveau souffle aux régions françaises. Si Paris reste la destination préférée des touristes étrangers, d’autres villes voient leur niveau d’attractivité augmenter. C’est notamment le cas de Bordeaux ou de Lyon. Avec des investissements publics et privés importants, d’autres métropoles pourront avoir un rayonnement international.

Les régions françaises comptent parmi les plus importantes métropoles européennes en matière d'immobilier d'entreprise
23 octobre 2017

L’immobilier d’entreprise des métropoles régionales françaises en pleine croissance

Avec 745 000 m2 placés en 2017, le marché de l’immobilier de bureaux en régions est aujourd’hui à son plus haut niveau historique sur le premier semestre de l’année, selon une étude de BNP Paribas Real Estate basée sur l’analyse du marché dans 16 villes de France. Une tendance qui doit beaucoup à une croissance française en hausse, portée par le secteur tertiaire et l’industrie de pointe, et à des secteurs d’activité particulièrement bien implantés dans certains départements comme la Haute-Garonne, le Rhône et la Loire-Atlantique.

La bonne santé de l’immobilier d’entreprise en régions devrait même se renforcer au cours des prochains mois. Selon la même étude, au moins 6 villes vont dépasser le seuil des 100 000m2 commercialisés avant la fin de l’année pour un total de 1,5 millions sur 2017. Un chiffre record qui permet aux métropoles régionales françaises de s’assurer une très belle place sur les principaux marchés de bureaux d’entreprise européens.

Toulouse, Lille et Bordeaux font leur entrée dans le top 10 des villes les plus dynamiques dans le secteur alors qu’en Europe, Newcastle ou Glasgow connaissent une forte baisse d’activité. Si les raisons demeurent multiples, l’attractivité des régions françaises est renforcé par les taux de vacance très bas des bureaux dans les régions françaises et les loyers « prime » très accessibles par rapport aux autres villes européennes.

Une tendance qui devrait se poursuivre avec le regroupement des régions et la création des métropoles favorisant le développement de nouveaux pôles urbains dynamiques économiquement.

les résidences séniors un investissement sur le long terme
18 octobre 2017

Les résidences services seniors : un investissement sur le long terme

Les logements seniors sont de plus en plus demandés. Une excellente nouvelle pour les investisseurs immobiliers tant les atouts de ce type de biens sont nombreux.

Le marché des seniors est en pleine croissance. D’après l’Insee, la France compte actuellement 15 millions de personnes de plus de 60 ans, un nombre qui devrait encore augmenter. En comparaison avec les générations précédentes, leur pouvoir d’achat est plus élevé et leurs revenus plus stablse et pérennes. Les seniors sont par ailleurs de plus en plus exigeants en termes de logement, de loisirs, de santé et de sécurité, ce qui a des conséquences sur le paysage immobilier.

Les résidences services pour seniors ont des spécificités bien précises. Les logements indépendants et sécurisés dédiés aux personnes de 60 ans et plus cohabitent avec des espaces communs et une offre à la carte de différents services comme la restauration ou la conciergerie.

Résultat, l’investisseur immobilier ne gère pas son bien lui-même, en direct, mais conclut un bail commercial avec une société de gestion. Un mécanisme qui lui permet de percevoir en continu un loyer dont le montant est connu à l’avance et de laisser le coût d’éventuels travaux exceptionnels à la charge du gestionnaire de la résidence services seniors. Une vraie simplicité et sécurité dans le cadre d’un investissement sur le long terme.

Miami, nouvel eldorado des investisseurs immobiliers
10 octobre 2017

Miami attire les investisseurs immobiliers

Miami une ville pour retraités qui fuient le froid pour bénéficier du soleil toute l’année ? Détrompez-vous. Miami est aujourd’hui très prisée des gestionnaires d’actifs de grands fonds de pension et par de grands dirigeants du monde entier séduits par son climat et le style unique de la ville.

Si South Beach et son architecture Art déco aux couleurs pastels attirent toujours autant les touristes, de nouveaux quartiers se sont développés. A l’image de Brickell qui se transforme en nouveau Manhattan. Accessible depuis l’aéroport et desservi par le train, il attire désormais les hommes d’affaires. En pleine restructuration, le quartier accueille également de nombreux commerces ainsi qu’un centre commercial : le Brickell City Centre. Ses 50 000 m² abritent des enseignes de luxe et des restaurants ainsi qu’une toute nouvelle technologie qui permet de rafraîchir les clients grâce à un ruban de 15.000 km² qui capte les vents marins et permet aux visiteurs de circuler à l’air libre dans une lumière naturelle.

Mais le programme immobilier mixte de Brickell comprend également l’hôtel design East, deux tours de bureaux et deux tours résidentielles de 43 étages. Au total, le budget de ce développement immobilier de 4 hectares en pleine ville dépasse le milliard de dollars et doit permettre la création de 3 700 emplois directs.

Les investisseurs misent sur le développement de ce quartier d’affaires sur la location en résidence principale, et non plus à des touristes. Dans cette optique, l’élargissement du canal du Panama est une excellente nouvelle pour l’activité portuaire. Ce qui devrait encourager encore un peu plus la transformation urbaine de Miami.

Essor du coworking à Paris
26 septembre 2017

Le coworking révolutionne l’immobilier d’entreprise à Paris

Le coworking connaît une forte croissance dans les grandes villes du monde et notamment à Paris où il n’est plus un épiphénomène. Apparu dans les années 2000, essentiellement dans la Silicon Valley, il propose une alternative entre le bureau traditionnel et le travail à domicile.

Arrivé dix ans plus tard en France, le coworking est aujourd’hui en plein essor dans la capitale et transforme considérablement le paysage urbain. Depuis 2014, en Ile-de-France, 74 000 m² d’immobilier lui ont été réservé. Le phénomène est tel qu’il concerne aujourd’hui tous types d’entreprises et domaines d’activité.

Il est de plus en plus fréquent de voir de grands groupes aménager leurs bureaux suivant les principes du coworking, à travers des « open spaces » associés à des lieux d’échange et de services type salons, cafétéria ou salle de jeux.

Autre pratique en développement, la location d’espaces extérieurs qui permettent de constituer des équipes de travail en mode projet. Un excellent moyen d’attirer les jeunes talents qui ne conçoivent plus le travail comme leurs ainés.

Dans ce contexte, utilisateurs et investisseurs doivent s’adapter à ces nouveaux usages d’espaces de bureaux. De nouveaux acteurs ont même fait leur apparition et interviennent pour le compte de propriétaires afin de proposer leurs surfaces comme « Bureaux à Partager », quand d’autres suggèrent de valoriser des espaces à travers des centres de coworking éphémères. Une nouvelle idée encore en réflexion mais qui aurait un impact direct sur le système de bail traditionnel.

JO 2024 à Paris, quels seront les impacts sur l'immobilier
18 septembre 2017

Paris 2024, quels impacts sur l’immobilier ?

C’est enfin officiel, Paris accueillera les JO 2024. Pendant une quinzaine de jours, la capitale va devenir le centre du monde sportif. Un bénéfice d’image qui permettra de valoriser la ville qui reste la première destination touristique mondiale. Mais quels sont les impacts potentiels de cet événement sur l’immobilier d’entreprise ?

Un peu plus de 5 millions de touristes étrangers ont visité Londres pendant les JO de 2012 et ont dépensé plus de 800 M€ lors de leur séjour. En toute logique, les premiers bénéficiaires de cet événement sont les secteurs touristiques, hôteliers et les commerces. Dans son dossier de candidature, Paris 2024 a estimé les bénéfices dans ces domaines à 3,5 milliards d’euros.

Mais accueillir les JO d’été, c’est aussi se doter d’équipements sportifs et d’infrastructures qui permettront aux athlètes et à leur public de se déplacer et d’assister aux compétitions dans les meilleures conditions. Un investissement hors norme a été prévu pour répondre à ces nouveaux besoins dont la date coïncide avec la finition annoncée du « Grand Paris Express », un élément qui a joué en faveur de la candidature parisienne.

Concernant l’immobilier, les villages olympique et paralympique ainsi que le village des médias seront installés en Seine-Saint-Denis. Un coup de projecteur sur ce département qui devrait accélérer le développement de projets commerciaux de grande taille, à l’image du gigantesque Westfield Stratford City de 175 000 m² à Londres. Près de 1,5 million de m² de bureaux neufs sont d’ailleurs déjà dotés d’une autorisation de construction. Paris, suite aux JO 2024, devrait ainsi intéresser encore plus les investisseurs.

Le marché de l'immobilier tertiaire va progresser en 2017
14 septembre 2017

L’immobilier tertiaire, une progression attendue au 2nd semestre 2017

Sur l’ensemble du premier semestre 2017, la demande placée de bureaux a affiché une progression de 4% avec 1 164 600 m² commercialisés. Une bonne nouvelle pour le principal marché du tertiaire en France alors que l’activité était passée de 662 500 m² à 502 100 m² au cours du deuxième trimestre. D’après le cabinet conseil JLL, cette baisse d’activité au printemps peut s’expliquer par les incertitudes liées à la période électorale et par le nombre élevé de jours fériés.

En parallèle, l’investissement en immobilier d’entreprise atteint au premier semestre en France 7 milliards d’euros, soit une baisse de 40% par rapport à 2016, selon une étude de BNP Paribas Real Estate. Cependant, les perspectives pour le deuxième semestre 2017 sont encourageantes, notamment grâce à la dynamique de l’emploi en Ile-de-France. Toujours d’après BNP Paribas Real Estate, les prévisions pour 2017 en volume dans cette région sont même supérieures à celles de 2016.

Enfin, selon le cabinet Cushman & Wakefield l’investissement en immobilier d’entreprise au niveau mondial devrait atteindre entre 27 et 30 milliards d’euros en 2017. Un chiffre légèrement inférieur aux 31 milliards enregistrés sur 2016 mais qui rassure les acteurs du marché, voyant l’avenir avec optimisme.